La mauvaise éducation de Pedro Almodovar

Bonjour (ou plutôt (pas le chien de Mickey) Bonsoir),

Je sors tout juste du ciné et comme le titre de ce topic l'indique je suis allé voir La mauvaise éducation (Van Helsing avait déja commencé (véridique) )
Bref, tout ça pour dire que dans le film à un moment donné ils jouent à un jeu.
Alors, ils lancent des dés et avancent sur une piste de scores des petits jetons ronds.
Par simple curiosité, et pour ceux qui sont allé voir le film, avez-vous reconnu ce jeu ??

Faut vraiment que je devienne malade pour remarquer ça dans un film et pour ensuite me logger pour aller poser la question sur le forum...

et c'est bien sinon ? :)

Guillaume Montiage dit:
Je sors tout juste du ciné et comme le titre de ce topic l'indique je suis allé voir La mauvaise éducation (Van Helsing avait déja commencé (véridique) )


J'ai pas vue la mauvaise éducation, mais connaissant almodovar, tu y a forcément gagné... :roll:

Oui oui, le film était très bien. Il est moins émouvant que les deux précédents ("tout sur ma mère" et "parle avec elle") mais il est plus noir. Il m'a fait un peu penser à "plein soleil" de René Clément.
Bon, c'est toujours du Almodovar (transexuels, scènes crues etc...) donc les fans s'y retrouveront.
C'est un film que je conseille.
Par contre il y avait une de ses foules pour aller voir les 2 Kill Bill...

Rooo J'adore almodovar et tous ses films, je suis une fan absolue...

Le hic c'est que je suis allée ce w-e ds un département où ils ne passaient pas (si si!) le film et donc pas encore vu mais je vous promets de vous faire mon blabla dès que ce sera fait...

Il est terrible (j'ai peur d'être déçue!)
Est ce que ceux qui l'ont vu et qui aiment Pedro (enfin ses films surtout!) ont reconnu la pâte de l'artiste? (pas trop excessifs?)


Rooo je vais aller le voir ce soir je crois...

Oui oui Alexa,
comme je l'ai indiqué plus haut tu reconnais tout de suite que c'est bien un film d'Almodovar. Pour ça, vas-y les yeux fermés...
Un autre effet que j'ai beaucoup apprécié, c'est la déclinaison narrative du film : il y a un film dans le film, le point de vue de l'auteur d'ue nouvelle etc...
aaargh... C'est difficile d'en parler sans trop en dévoiler.
Va le voir et dis nous ce que tu en penses...

Alexa dit:Est ce que ceux qui l'ont vu et qui aiment Pedro (enfin ses films surtout!) ont reconnu la pâte de l'artiste? (pas trop excessifs?)

Je déteste généralement les films d'Almodovar, mais j'ai aimé celui là.
Bon ok ça veut rien dire...

Alexa dit:Rooo je vais aller le voir ce soir je crois...

bonne idée!

Je viens de le voir. C'est du Almodovar et un bon film donc. Pourtant à mon avis c'est très nettement inférieur à Tout sur ma mère ou à Parle avec elle. Mais avec Parle avec elle la barre était très très haut.


Il y a juste un truc qui me chiffonne, je me demande si malgré ses portraits très humains et très fouillés, Almodovar serait pas un peu homophobe. Je sais ça fait bizarre d'écrire un truc pareil, mais c'est un peu l'impression que m'a fait le film...


Pour le jeu, aucune idée de ce que c'est, désolé... La piste de score semble être en croix, façon petits chevaux...

demain demain demain :D

j'ai trouvé un escorte pour aller le voir avec moi... :lol:

Bon binh ayé je l'ai vu... :lol:

J'ai beaucoup aimé, je susi pas du tout déçue mais alors pas du tout c'est du beau, du grand Almodovar!

Pour le jeu... ça ressemble assez uax petits chevaux version chiffrée et pions! non?

Sinon avez vous remarqué le nom du couvent?

Bon façon je vais le revoir ce w-e c'est obligé...

Peut-pn en parler ici ou bien faut se limiter à cause de ceux qui ne l'ont pas vu?

Eric dit:Il y a juste un truc qui me chiffonne, je me demande si malgré ses portraits très humains et très fouillés, Almodovar serait pas un peu homophobe. Je sais ça fait bizarre d'écrire un truc pareil, mais c'est un peu l'impression que m'a fait le film...


Ha bé carrément pas... Je suis même sûre que non ni par le film ni par ce que je sais d'Almodovar mais bon après tu sais les homos entre eux ne sont pas tendre et les dialogues du genre "sale pédé", etc c'ets plus par soucis de vérité et de réalisme qu'autre chose je crois...

J'adore la scène om Enrique dit "T'as oublié ton slip hier... Tien!..." Alors que Juan fait son grand retour...

Attention pour ceux qui n'ont pas vu le fil, la conversation qui va suivre risque de contenir plein de spoiler...



Alexa dit:
Ha bé carrément pas... Je suis même sûre que non ni par le film ni par ce que je sais d'Almodovar mais bon après tu sais les homos entre eux ne sont pas tendre et les dialogues du genre "sale pédé", etc c'ets plus par soucis de vérité et de réalisme qu'autre chose je crois...
J'adore la scène om Enrique dit "T'as oublié ton slip hier... Tien!..." Alors que Juan fait son grand retour...


Ce n'est pas du tout la crudité des dialogues qui me fait dire ça, je dois avoir vu à peu près tout les Almodovar depuis Femmes au bord de la crise de nerf (et quelques un d'avant), j'ai toujours beaucoup aimé. Non, c'est plus diffus. Comment m'expliquer ?
Voilà, dans Parle avec elle, Almodovar raconte (entre autre) l'histoire d'un infirmier amoureux de sa patiente dans le coma. Il raconte cette relation de telle façon qu'elle en devient belle et pure. Donc, il est capable de raconter les relations les plus étranges voire scabreuse en les montrant sous leur meilleur jour.
Et voilà que concernant les relation homosexuelles, ce sont toujours des relations malsaines, voire destructrices. Dans "Tout sur ma mère", déjà le père transexuel détruisait tout ce qu'il touchait. (Mais bon c'était un personnage parmi d'autres et on va pas se mettre à crier au scandale dès qu'un homo n'a pas le bon rôle dans un film...) Mais dans "La mauvaise éducation" les homos sont soit des vieux pervers abusant des jeunes garçons, soit des victimes détruites par des abus dans leur jeunesse, soit des personnages complètement mal dans leur peau essayant d'imiter un modèle extérieur. La grande force d'Almodovar est d'avoir rendu tous ces personnages très humains, certes mais si un autre réalisateur ne présentait l'homosexualité qu'à travers ce genre de personnage, on crierait à l'homophobie immédiatement.
Bref, j'ai beaucoup d'admiration pour Almodovar réalisateur, j'ai bien aimé ce film (même si ce n'est à mon avis pas son meilleur). Mais "La mauvaise éducation" sous des dehors provocateurs véhicule pour moi des idées sur l'homosexualité (les homos sont des pervers ou des victimes) que je retrouve généralement dans la bouche des conservateurs.
C'est sans doute trop peu pour poser une étiquette sur Almodovar, je le reconnais, j'écrivais un peu à chaud. Mais bon, j'aurais préféré qu'il y ait un peu de place dans ce film pour une relation homosexuelle saine...

Binh je suis quand même pas d'accord...

Justement ce qu ej'aime chez lui c'est que quoi qu'il en soit il parle d'amour et de la difficulté de s'aimer. Il montre ici comme dans le sautres que l'amour ne se résume pas à un homme un femme, un regard, un mariage, un enfant... "Ils vécurent heureux et eurent bcp d'enfants..." Et malgré l'horreur ou le dégout apparent qu'on peut avoir pour un homme qui met enceinte une fille dans le coma ou un pédophile ou un autre qui quitte sa femme pour faire le travlo ce ne sont pas des pervers mais de personnes comme les autres, banalement en manque et en quâte d'amour!

Je n'y vois toujours pas d'homophobie mais au contraire montrer l'exceptionnel sous forme banale par le biai de l'amour.

Bien sûr que les personnages sont merveilleusement humain et en quête d'amour...

Mais autant l'infirmier de "Parle avec elle" m'avait paru être montré comme un personnage positif dont la relation (si apparement malsaine soit elle) était finalement porteuse de vie. Autant là, toutes les relations aboutissent dans la mort...

Oui c'est vrai... Tu voulais un bébé?

Enfin moi j'ai trouvé que c'etait qd même un grand malade l'infirmier, il m'a moins touché que Juan ou même el padre Manolo...

Pourquoi pas :wink:

Bien sur que l'infirmier de Parle avec elle est un grand malade. Mais justement montrer une relation parfaitement malsaine comme une grande histoire d'amour et le film suivant dépeindre les relations homosexuelles uniquement comme malsaines, je trouve ça un peu étrange.

Peut-être aussi qu'Almodovar pense qu'il peut justement montrer l'homosexualité sous ce jour là (comme on peut montrer le caractère destructeur de l'amour homme-femme) parce qu'elle est admise aujourd'hui (mais là, je pense qu'il va un peu vite en besogne...)

Je retire volontier mon accusation d'homophobie (de toute façon le terme ne veut pas dire grand chose)...
Je continue à penser que ce film véhicule (sciemment ou non) une vision conservatrice de l'homosexualité, que ce n'est pas le meilleur Almodovar mais qu'il reste un très bon film.

Eric dit:Il y a juste un truc qui me chiffonne, je me demande si malgré ses portraits très humains et très fouillés, Almodovar serait pas un peu homophobe. Je sais ça fait bizarre d'écrire un truc pareil, mais c'est un peu l'impression que m'a fait le film...

C'est marrant parce que moi j'ai lu qu'Almodovar était lui-même homo et que plusieurs éléments de ce film étaient inspirés par sa propre vie...
D'ailleurs apparemment, ce film aurait dû être son tout premier, car il avait déjà le script à l'époque...

Encore une fois, je peux me tromper et je em trompe sûrement. Je ne suis pas critique de cinéma. Je ne connais pas grand chose sur Almodovar, j'aime juste beaucoup ses films (je l'ai découvert avec Femmes au bord de la crise de nerf et j'ai essayé de voir tout ce que je pouvais depuis)
Ca m'a fait un peu bizarre de voir rassemblés dans un de ces films tous les clichés sur les homos que je me serais attendu à trouver dans un dossier sur "pourquoi on en devrait pas permettre le mariage homosexuel".
C'est tout

Si Almodovar est effectivement homo, j'attribuerai cela volontier à une maladresse (il ne s'est pas rendu compte des arguments qu'il donnait à une frange conservatrice de la population).

Mais bon, si je suis le seul à avoir eu cette impression, c'est sans doute que je me trompe...